Modernisation et violence en Europe et au États-Unis à la fin du XIXe siècle Travail de Recherche

Modernisation et violence en Europe et au États-Unis à la fin du XIXe siècle
Travail de recherche se demandant en quoi la modernisation politique et sociale des sociétés européennes et étasuniennes a induit de nouvelles formes de violence.
№ 28100 | 4,200 mots | 7 sources | 2012 | FR
Publié le mars 19, 2012 in Histoire , Relations Internationales , Sociologie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Ordonnée, florissante de trafics, abondant en commodités, menant une vie facile, vigoureuse et sûre d'elle » dit l'historien B. Creco en parlant de l'Europe de la fin du XIXe siècle. C'est l'Europe de la Belle Époque. L'Europe de l'efficacité matérielle, avec le système de l'industrie capitaliste ; l'Europe du triomphe scientifique, avec l'influence positiviste ; et l'Europe du renouvellement culturel, avec le développement de l'impressionnisme. Mais lorsqu'on évoque l'Europe de la Belle Époque, c'est surtout pour son processus de modernisation politique et sociale. En effet, dans le domaine politique, au-delà de la bureaucratisation et de la sécularisation des États, c'est essentiellement la réconciliation de l'État avec la nation et l'avènement de la démocratie libérale qui importent dans ce processus de modernisation. Le champ social est également touché par la modernisation : résultat de la Révolution Industrielle, il se caractérise surtout par le renouvellement du cadre (urbain et industriel) et de la hiérarchie (apparition de nouvelles classes) des sociétés. De tout cela résultent l'intégration et l'influence des masses dans le domaine politique et social : elles sont représentées et peuvent s'exprimer en toute liberté. Cependant, la fin du XIXe siècle est beaucoup plus nuancée que cet épanouissement européen apparent.

I. Le phénomène de modernisation, se manifestant essentiellement par l'entrée et l'influence des masses dans le domaine politique et social, provoque des violences au sein des doctrines et idéologies….
II. … Ces brutalités trouvent une application concrète dans le jeu interne des États….
III. …Mais la modernisation a aussi eu des effets pervers dans le cadre des relations internationales

Extrait du document:

Cette violence doctrinale s'exprime par le biais de certains théoriciens (de Marx à Barrès), de certains congrès ou de ligues créées (Ligue nationale, Ligue navale, Ligue pangermaniste), mais surtout par l'intermédiaire de la presse. La presse, grâce à la démocratisation, profite de cette pleine liberté d'expression qui lui avait si longtemps été refusée, et monte en puissance. Rapidement, elle fait office de « quatrième pouvoir » et son influence dans la société est grandissante. Elle devient alors un moyen d'instrumentaliser et manipuler les foules, elle fait grossir les rangs des partis aux idéologies violentes et les pousse à passer à l'action.

Commentaires