Origine des innovations évolutives dans le monde animal Travail de Recherche by Aerodius

Origine des innovations évolutives dans le monde animal
Travail de recherche basé sur l'observation de l'apparition des espèces animales, et analysant leurs évolutions.
№ 3863 | 1,825 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 26, 2008 in Biologie , Sciences , Vétérinaire
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'observation des différentes espèces à travers le monde, comme l'a fait Darwin à son époque, la comparaison des organismes fossiles (paléontologie) et plus récemment la comparaison des génomes confortent la théorie de l'évolution.
Néanmoins, de nombreux débats demeurent sur la mécanique de l'évolution. La mécanique évolutive est animée par des innovations et des disparitions.
Paradoxalement, le savoir actuel est plus important sur les disparitions, liées souvent à des épisodes catastrophiques de l'histoire de la Terre.
Cela s'explique par la facilité d'observer les grandes phases d'extinctions, souvent spectaculaires et bien marquées dans les strates géologiques. L'apparition des espèces est, quant à elle, beaucoup plus délicate à observer.

I- La théorie synthétique
1) Définition
2) Limites du modèle

II- Notion de gènes régulateurs
1) Découverte des gènes Hox
2) Rôle des gènes Hox dans l'évolution

Extrait du document:

La théorie synthétique de l'évolution fonctionne pour de longues transformations progressives de lignées déjà différenciées. Mais elle n'explique pas les grandes extinctions et les apparitions majeures pour certains auteurs. Ces évènements sont trop rapides (quelques milliers d'années) et trop importants en terme de macro-évolution pour ne concerner la mutation que de quelques gènes structuraux.
C'est pourquoi a été proposée une mécanique macro-évolutive où la spéciation serait analogue à la mutation à un plus haut degré de généralité.
La sélection y serait inter-spécifique voire phylétique. Le taux de spéciation serait alors à l'origine du succès des différents clades et influencerait le devenir de l'arbre phylogénétique.
L'une des théories majeures adoptant cette vision est celle des équilibres ponctués, énoncée par S.J. Gould. Elle est basée sur l'observation de ces bouleversements importants et rapides des caractéristiques d'une espèce ainsi que sur la faible quantité de formes intermédiaires découvertes. Ce serait donc des cycles de changement rapide (de l'ordre de quelques milliers d'années) entrecoupés de longues phases de stabilité. On distingue alors la diversité (= nombre d'espèce et genres) de la disparité (= nombre de lignées ou embranchements).
On constate ainsi une hausse diversité et une baisse de la disparité au cours des temps géologiques.

Commentaires