Processus d'ensablement de la plage de Saint-Malo Travail de Recherche by Joe911

Processus d'ensablement de la plage de Saint-Malo
Travail de recherche portant sur l’évolution de la morphologie côtière de la Plage du Sillon de Saint-Malo (Ille et Vilaine) au niveau de l’Epi de la Hoguette.
№ 3201 | 4,080 mots | 7 sources | 2007
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le processus d’ensablement est un phénomène assez fréquent en plusieurs points du littoral nord-armoricain. A partir de recherches et d’observations réalisées sur le terrain, nous avons constaté un engraissement important entre les années 1990 et 1996.
Mais il n’y a pas eu d’évolution notable entre 1996 et 2007.
Cette étude tente d'analyser quel(s) facteur(s) ont conduit à l’ensablement de la Plage du Sillon. Cet engraissement a-t-il été continu durant ces 6 années ? Ou bien est-il dû à des dépôts instantanés ?

1. Présentation du secteur d'étude

1.1 Présentation du secteur d’étude à différentes échelles
1.2 Evolution historique de la morphologie côtière et hydrodynamique du littoral de Saint-Malo

2. Etude de terrain et processus d'ensablement

2.1 Mise en évidence de la dérive littorale
2.2 Relevés de terrain
2.3 Bilan : un ensablement asymétrique

3. Modélisation analogique de l'ensablement de la plage de sillon

3.1 Dimensionnement du modèle
3.2 Réalisation du modèle
3.3 Protocole et résultats expérimentaux
3.4 Interprétation et limites du modèle

Extrait du document:

La Manche est une mer étroite faisant la jonction entre l’Atlantique à l’Ouest et la mer du Nord à l’Est. Les phénomènes de marée sont accentués en Manche Ouest par l’emboîtement de différentes masses d’eau dans une baie triangulaire entre Bretagne et Cotentin. Le marnage peut atteindre 14 m en fond de baie, soit plus du double du marnage ordinaire en Atlantique. C'est pour cette raison qu’un barrage d’une usine marée motrice fut construit (au début des années 1960) précisément sur la Rance. La localité de Saint-Malo est située dans le golfe normand breton à l'ouest de la baie du Mont Saint-Michel. Contrairement à cette dernière, le littoral de Saint-Malo est très exposé aux conditions hydrodynamiques du large. La vitesse maximale des courants peut atteindre 3 nœuds au large de Saint-Malo et jusqu’à plus de 8,5 nœuds à la pointe du Cotentin.
Les figures a et b mettent en évidence une dérive littorale. On observe, à l’ouest de l’épi, un ensablement important qui ne se retrouve pas à l’est. Cet ensablement est la conséquence d’une dérive littorale. Le déplacement des particules de sable est dû au front d’onde des vagues obliques par rapport à la ligne de rivage (8-10°). Lors du flux de la vague, le sable transporté par le front d’onde se déplace obliquement. Lorsque toute l’énergie de la vague a été dissipée, le sable redescend par la ligne de plus grande pente. Le mouvement résultant est parallèle à la côte et orienté vers l’épi. Par répétition de ce processus, l’engraissement de la plage du côté ouest de l’épi est obtenu. L’énergie qui permet le déplacement oblique du sable est engendrée par le déferlement des vagues : la houle arrive sur le rivage et le déferlement est provoqué par la diminution de la hauteur d’eau. Ce déferlement induit une accélération de la vitesse des particules d’eau en surface.

Commentaires