Religion et société aux États-Unis depuis 1890 Travail de Recherche by Otis

Religion et société aux États-Unis depuis 1890
Travail de recherche se demandant quelle place occupe la religion dans la société américaine. (pdf)
№ 29750 | 6,780 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 26, 2013 in Histoire , Religion , Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

À propos du législateur américain, Alexis de Tocqueville écrit dans « De la Démocratie en Amérique » (1830) que peu lui importe de savoir quelle religion professent les citoyens américains, du moment qu'ils en professent une. L'auteur qualifie en outre le christianisme américain de « démocratique et républicain ». Dans un pays - né en 1776 avec sa Déclaration d'Indépendance, et qui était à l'origine 13 colonies de la Grande-Bretagne – où 99 % de la population se déclare croyante, il est vrai qu'il peut être intéressant d'étudier le lien entre la société américaine et la religion. Cette dernière, qui est un ensemble de cultes justifiés par une croyance en un être supérieur, une sorte de « grand horloger » dirait Voltaire, apporte un ciment indispensable à la cohésion de la jeune nation américaine, en particulier avec les interrogations liées à l'immigration.

I / Une large mosaïque de cultes et de croyances
II / L'omniprésence des églises dans le débat public
III / Une conception particulière et nécessaire de la religion comme religion civile

Extrait du document:

Toute religion connaît à un moment ou à un autre de son histoire des périodes de réveil, ou « revivalisme ». À ce moment, des fidèles considèrent que leur église s'est éloignée de ses dogmes, ou que la foi doit être refondée. C'est pourquoi ces fidèles décident de faire naître une nouvelle église, meilleure que la précédente. Il existe donc une multitude de groupes se réclamant du protestantisme aux États-Unis. Les plus importants étant : les Baptistes, les Méthodistes, les Luthériens, les Presbytériens, les Épiscopaliens, les Disciples du Christ, et les Congrégationalistes.

Commentaires