Révolution culturelle et intellectuelle des XI-XIIème siècles Travail de Recherche by Nosferah

Révolution culturelle et intellectuelle des XI-XIIème siècles
Travail de recherche qui montre comment l'on passe d'une culture de tradition, de conservation, de transmission au début du Moyen Âge à une culture d'invention, d'innovation et de diffusion à la fin de cette période.
№ 4963 | 3,930 mots | 0 sources | 2007
Publié le avr. 06, 2008 in Histoire
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Sur le plan politique, à partir des années 850, en Europe occidentale, s'effectue lentement mais inéluctablement, un déclin de l'autorité monarchique, tendance fortement amorcée.
Les cours, à l'échelle du royaume, n'ont plus les moyens d'être de grands centres culturels. Cela signifie qu'il n'y a plus de politique générale orchestrée au plus haut niveau de l'autorité d'un point de vue culturel. La conséquence en est un repli dans les monastères.
Au XII siècle, le paysage culturel de l'Europe occidentale est concrètement bouleversé.
Fin XIIème, les lieux de rayonnement culturel sont très largement urbains, les centres de formation dynamiques sont désormais les écoles des villes. Les langues vernaculaires ont pleinement leurs titres de noblesse et produisent une littérature riche et abondante. Une réelle élite laïque cultivée fait son apparition.
Dans le millénaire médiéval, les XI-XIIème sont des siècles charnières.
Cette révolution culturelle et qualifiée parfois de Renaissance, d'humanisme du XIIème siècle.

I. Un contexte de décloisonnement
II. Nouveaux savants, nouvelles méthodes
III. L'autre révolution : les laïcs, acteurs de la vie culturelle

Extrait du document:

La tendance de fond, au coeur de cette révolution, se base sur une innovation culturelle, un échange de savoirs et de culture établie au niveau des villes à la fin du XIème siècle. L'Europe occidentale passe d'une civilisation où rayonnaient les campagnes à l'émergence de capitales ayant un rayonnement économique avec centralisation des marchés, commerce, administration politique, ainsi qu'un rayonnement culturel.
Il y a un exode rural, même si 80-85 % de la population de moeurs rurales. Cela ne signifie pas que les anciens lieux de rayonnement culturel en campagne, notamment les grands monastères, sont en déclin. Il y a une période de cohabitation. Le renouveau est urbain certes, mais les rayonnements culturels ruraux perdurent en cohabitant. Ces deux formes échangent et participe à un même ensemble, comme c'est le cas pour le monastère du Bec.

Commentaires