« Tous les matins du monde », de Pascal Quignard et l'adaptation cinématographique de ce roman par Alain Corneau Travail de Recherche

« Tous les matins du monde », de Pascal Quignard et l'adaptation cinématographique de ce roman par Alain Corneau
Travail de recherche s'interrogeant sur l'importance de la cabane dans le roman et le film « Tous les matins du monde », de Quignard et se demandant en quoi la perte et l'art sont-ils intimement dans les deux représentations.
№ 27849 | 1,785 mots | 0 sources | 2012
Publié le janv. 31, 2012 in Cinéma , Littérature
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Tous les matins du monde est un roman écrit par Pascal Quignard en 1991, qui fera par la suite l'objet d'une adaptation cinématographique réalisé par Alain Corneau. Dès le roman, la cabane, semble apparaitre comme une figure importante de la narration, construite par Monsieur de Sainte Colombe, elle est présenté au lecteur comme le lieu où la musique du violiste peut enfin s'exprimer librement, Corneau reprendra d'ailleurs cette figure majeur du récit au sein de son film en soulignant son importance au travers de sa mise en scène. Dans la même idée, le roman s'ouvre sur la mort de madame de Sainte Colombe, par la suite la musique mais au-delà de ça l'art en général, semblera détenir une place prépondérante dans la démarche de deuil pour les personnages. Corneau dans son adaptation, va accentuer encore ce lien, en enchâssant le récit entre un prologue et un épilogue où Marin Marais devient le personnage principal. Il va, de ce fait, placer la problématique de la perte au cœur du film, en ajoutant les regrets de Marin Marais au regard de cette histoire passée et du grand musicien qu'il est devenue.

1-Quelle est l'importance de la cabane de M. de Sainte Colombe dans le roman et dans le film Tous les matins du monde ?
2-En quoi la perte et l'art sont-ils intimement liés dans le roman et le film Tous les matins du monde ?

Extrait du document:

Dans la même idée mais au niveau picturale, Sainte Colombe après les apparitions de son épouse commandera à son ami le peintre Baugin une nature morte qui doit représenter la scène de l'apparition de sa femme. Le tableau apparait ici alors comme la marque indélébile du passé, une façon de figé et de conserver l'instant. L'art prend alors ici une place de contrôle sur le temps qui ne cesse de fuir. La nature morte, le tableau fait donc bien référence directement à la mort, à ce qui est « oublié », il place le sujet dans sa propre finitude mais il dit aussi la force de l'amour au-delà de la mort, car cet amour n'est pas oublié et reste malgré tout présent.
  • Dissertation littéraire visant à déterminer les raisons qui font que le roman se distingue de tous les autres genres littéraires comme l'affirme Marthe Robert dans sa citation.
    № 15471 | 2,200 mots | 1 source | 2008 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture de l'ouvrage "La défaite de la pensée" d'Alain Finkielfraut, dénonçant toutes les instrumentalisations qui sont faites de la Culture.
    № 6633 | 1,805 mots | 0 sources | 2008 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Analyse comparée de "Tous les matins du monde "et de "Le Nom sur le bout de la langue" qui permet de mettre en évidence la diversité formelle de l’expression de Pascal Quignard, vectrice de richesse.
    № 521 | 5,200 mots | 0 sources | 2007 | détails
    12,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires