Ubisoft face aux téléchargements illégaux Travail de Recherche by zadigou

Ubisoft face aux téléchargements illégaux
Travail de recherche se demandant comment la société "Ubisoft" ainsi que ses concurrents doivent réagir face aux téléchargements massives et illégaux des jeux vidéos.
№ 23037 | 3,800 mots | 21 sources | 2011
Publié le mars 07, 2011 in Informatique , Marketing
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le 12 Juin 2009, le gouvernement français votait la loi Hadopi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet. Par la suite, un complément de loi, Hadopi 2, fut voté le 22 septembre 2009 pour la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet. A travers cette loi, le gouvernement français veut montrer sa détermination afin de limiter mais également sanctionner le téléchargement illégal sur Internet. En parallèle, le gouvernement américain a condamné Jammie Thomas, une mère de famille américaine, à payer 1,5 million de dollars de dommages et intérêts pour le téléchargement illégal de 24 chansons . Le procès débuté en 2007 s'agit à l'époque du premier « grand procès » dans ce domaine. A travers cette affaire, le gouvernement américain souhaite faire un exemple afin de dissuader d'autres utilisateurs de réseaux d'échanges peer to peer. Même si la loi et le procès touchent plus particulièrement le secteur musical, l'industrie du jeu vidéo est également largement affectée par le téléchargement illégal et pourra également bénéficier de ces avancés réglementaires.

1. Introduction
2. L'industrie du jeu vidéo
3. Ubisoft
4. La révolution informatique et le téléchargement illégal
5. Les solutions
6. Conclusion

Extrait du document:

Ce comportement pourra également aider à être modifier si des sanctions juridiques planent sur la tête des consommateurs qui télécharge. Ces sanctions doivent être dissuasives et ne doivent pas être trop considéré comme injuste par la population sinon l'effet pourrait être inverse à celui espéré. En effet, des sanctions excessives comme celle de Jammie Thomas aux États-Unis qui a été condamné à payer 1,5millions de dommages et intérêts pour 24 chansons téléchargées pourraient être mal vu par la population.

Commentaires