"Candide" de Voltaire - chapitre 3 Commentaire Composé

"Candide" de Voltaire - chapitre 3
Commentaire composé portant sur le chapitre 3 de "Candide" de Voltaire, qui raconte la fuite de Candide lors de la guerre opposant les Bulgares et les Abars.
№ 11028 | 840 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 13, 2009 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Voltaire, philosophe et écrivain des Lumières, est né en 1694 et mort en 1778. Il met en scène ses idées à travers des contes, des nouvelles et des pamphlets. Auteur de "Candide", il met en place dans le chapitre 3, une critique de la guerre.
Ce chapitre s'illustre surtout par son ironie, puisqu'il dénonce l'horreur de la guerre à travers des scènes poignantes et notamment avec l'indifférence de Candide à l'égard de cette violence.
L'extrait étudié va de "Rien n'était si beau, si leste, si brillant..." jusqu'à "...les beaux yeux de mademoiselle Cunégonde".

I. Ce récit est universel

II. Le personnage de Candide

III. La description de cette scène

Extrait du document:

Dans ce troisième chapitre, Voltaire nous offre un récit ayant une portée universelle. Le fait qu'il n'y ai pas d'indication de lieu et de temps permet de prouver cette portée. Les seules remarques de lieu restent très floues comme «monde» «un village voisin» «un village abare». Le lieu même de la guerre est indéterminé. Du côté des personnages, Candide est le seul personnage nommé par son nom les autres personnages sont désignés par des groupes qui sont plus ou moins importants et qui sont classés aussi par catégorie d'âge «6 mille hommes» «trentaine de mille âmes» «tas d'hommes» et dans le registre de l'âge ; «vieillards» «femmes égorgées» «enfants» ces descriptions du lieu et des personnages restent indéfinies, c'est donc ce qui permet au récit d'avoir cette portée universelle. Il n'y a que Candide qui est réellement défini.

Commentaires