« J'accuse », Émile Zola Commentaire de Texte

« J'accuse », Émile Zola
Plan détaillé du commentaire de la lettre « J'accuse » écrite par Émile Zola et adressée au Président de la République Félix Faure dans lequel il milite pour la vérité et la liberté.
№ 27671 | 2,035 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le janv. 19, 2012 in Histoire , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« J'accuse », lettre ouverte au Président de la République Félix Faure et publiée dans le journal l'Aurore le 13 Janvier 1998, devient le symbole de la lutte contre l'injustice et le mensonge. Ce journal, dont Georges Clémenceau et Bernard Lazare comptent parmi les rédacteurs, se fait tout naturellement le porte-parole des Dreyfusards. L'affaire Dreyfus est lue par les historiens comme l'éclatement d'une crise politique, sociale et idéologique en gestation depuis la fin des années 1880. La IIIe République qui s'enracine sous la direction des opportunistes est alors teinté d'antiparlementarisme et de scandales politiques. On peut alors citer l'avènement du Boulangisme en 1887, courant qui fait écho au mécontentement de la population face au gouvernement établi ; la même année, l'affaire Wilson qui touche le domaine -à l'époque sacré- de l'armée avec la revente des légions d'honneur ou encore, le scandale de Panama qui éclate en 1892 dans le journal nationaliste de Drumont, « La Libre Parole, accusant de corruption certains députés. Des épisodes qui déstabilisent le régime sont de nouveaux arguments - toujours plus dangereux- pour « l''extrême droite » en devenir.

I. Le tribunal militaire accusé de « meurtre »
II. Le gouvernement accusé de « complicité de meurtre »

Extrait du document:

La mission que se donne Zola et qu'il incite chaque citoyen à poursuivre est celle de porter les valeurs de la République pour la France, de préserver la justice et la vérité, puisque le gouvernement et les institutions sont terriblement défaillantes. Son « devoir est de parler » car « [ il ]ne [ veut ] pas être complice. [ Ses ] nuits seraient hantées par le spectre de l'innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu'il n'a pas commis. » ( Lignes 15 -16 et 17). Il doit guérir la « France libérale des droits de l'homme [ qui ] mourra », rongée par l'antisémitisme et par un patriotisme « exploité (…) pour des œuvres de haine » ( ligne 47 ).
  • Commentaire d'un extrait de l'œuvre « L'Assommoir », Émile Zola dénonçant l'alcoolisme et cherchant à démontrer en quoi ce roman est un roman réaliste et naturaliste.
    № 18316 | 1,160 mots | 1 source | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture du roman « Le ventre de Paris », d'Émile Zola dans lequel l'auteur naturaliste, montre l'opposition entre l'excès de nourriture présente et la situation de sous-nutrition de certains individus.
    № 23534 | 3,510 mots | 0 sources | 2011 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation se demandant en quoi le personnage de Camille dans le roman « Thérèse Raquin », de Zola est un pivot de l'action, de plus en plus important à mesure qu'il s'efface progressivement, jusqu'à disparaître physiquement par sa mort.
    № 23152 | 1,390 mots | 0 sources | 2011 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires