« Je suis, j'existe », Descartes Commentaire de Texte by AdrianaD

« Je suis, j'existe », Descartes
Commentaire de la célèbre citation « Je suis, j'existe », de Descartes se demandant en quoi cette dernière montre le passage de la certitude de la pensée à la nécessité d'évidence de l'être du sujet pensant.
№ 26308 | 1,900 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le sept. 20, 2011 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La formule « Je suis, j'existe » est inaugurée dans la seconde partie des Méditations métaphysiques tout d'abord dans le quatrième alinéa, pour être reprise ensuite dans le septième paragraphe. Il s'agit pour Descartes de continuer le processus de fondation de la métaphysique, qu'il avait commencé dès la première méditation et d'appliquer le doute méthodique à toute science qui ait pu pénétrer l'esprit, de sorte qu'on obtienne une connaissance certaine, un principe du savoir indubitable. Ce que Descartes essaiera par l'introduction de l'existence est de trouver un fondement de cette connaissance, sa possibilité intérieure.

1. L'existence comme auto-position du sujet
2. Le passage de la métaphysique vers l'ontologie fondamentale

Extrait du document:

Ces déterminations nous aideront à observer comment la notion de «Je suis, j'existe » évolue dans le septième paragraphe. Ici, « Je suis, j'existe n'est certain que parce que je pense. À savoir autant de temps que je pense ». Par conséquent, l'existence apparaît comme une mise en œuvre de la pensée, elle est dépendante de la pensée. Elle prend le statut de représentation pour la pensée, même si elle a sa réalité en soi, indépendante de la raison.

Commentaires