La fin du règne de Charles le Chauve Commentaire de Texte by Estherarazi

La fin du règne de Charles le Chauve
Commentaire des "Annales de Saint Bertin" de Hincmar, qui montre que la mort de Charles le Chauve signale à la fois la fin de l'empire carolingien, et la naissance du féodalisme.
№ 4298 | 2,450 mots | 0 sources | 2007 | FR
Publié le mars 12, 2008 in Histoire
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Beaucoup d’historiens sont d’accord pour dater la dislocation définitive de l’empire carolingien à la mort de Charles le Chauve le 6 octobre 877. Beaucoup d’entre eux pensent aussi que Charles le Chauve a largement contribué au déclin des Carolingiens.
Dans les "Annales de Saint-Bertin", Hincmar rapporte la mort de Charles le Chauve et le couronnement de son fils Louis le Bègue, qu’il avait jusqu’alors éloigné du pouvoir. Hincmar décrit les circonstances dans lesquelles va mourir le roi, le chemin de Louis le Bègue pour prendre le pouvoir, le serment solennel et son couronnement à Compiègne.
Ainsi, peut-on dire que la mort dramatique de Charles le Chauve et la difficile prise de pouvoir de son héritier légitime annonce le dépérissement de l’idéologie royale carolingienne ? Quels sont les signes qui témoignent de la faiblesse du régime et de l’affirmation de nouveaux pouvoirs ?

I) Louis le Bègue, héritier d’une royauté affaiblit

A. La mort de Charles le Chauve
B. La fragilité du royaume
C. La prise du pouvoir difficile

II) Les changements dans l’idéologie impériale

A. L’autorité du roi soumise au respect du serment
B. Le principe vassalique substitué au principe monarchique
C. L’assemblée de Quierzy

Extrait du document:

La mort de Charles le Chauve n’est pas une mort digne d’un roi carolingien. Empoisonné par son médecin, en qui «il avait une totale confiance», d’après Hincmar, le roi va mourir dans des circonstances dramatiques, voire misérables. Il meurt dans «une misérable petite hutte» l.6, et il est enterré dans un «petit monastère» l.16, ce qui est malheureux pour un empereur. Le récit que fait Hincmar de la mort dramatique de Charles précise la réflexion sur la mort des rois.
Charles le Chauve est mort dans les Alpes, au mois de septembre 877, et malgré un rapide embaumement, son corps entre en putréfaction. Ses hommes ne «purent aller plus loin» l. 13, malgré leurs efforts, et n’ont pas pu le transporter jusqu’à Saint-Denis, comme il l’avait souhaité. Ils ont inhumé rapidement sa dépouille dans un petit monastère, à Nantua, ou elle reste quelques années. Avant de mourir, Charles le Chauve «envoya chercher Richilde» l.8, son épouse, pour lui remettre les insignes royaux et un précepte officiel, à charge pour elle de les transmettre à Louis, son fils. La putréfaction du corps de Charles symbolisait la dissolution du lien temporaire entre l’homme et la fonction, entre la chair et le royaume, tandis que la transmission des insignes royaux symbolisait la continuité du royaume.
Ainsi, Louis le Bègue est appelé brusquement au pouvoir. Il hérite d’un royaume fragilisé.
  • Dissertation de littérature concernant l'oeuvre "Fin de partie" de Samuel Beckett qui se demande quelles sont les relations du titre du livre et de son contenu.
    № 13729 | 880 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du film « La ruée vers l'or », de Charlie Chaplin se demandant comment le cinéaste parvient à mettre en évidence les sentiments profonds de Charlot tout en relatant de la misère matérielle ainsi que de la cruauté humaine.
    № 23656 | 2,140 mots | 0 sources | 2011 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation portant sur une remise en question du modèle capitaliste en Europe et se demandant s'il s'agit du début de la fin du libéralisme.
    № 31478 | 2,205 mots | 0 sources | 2015 | CH | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires