Dissertation de Philosophie Politique et Culturelle Dissertation by khâgnette

Dissertation de Philosophie Politique et Culturelle
« Un grand Français, un grand Russe, un grand Allemand appartiennent à l’ « humanité » mais ils ne seraient pas si grands et n’appartiendraient donc pas à l’humanité s’ils n’étaient pas à ce point allemand, français, russe. » Telle est l'idée de Thomas
№ 45 | 3,800 mots | 10 sources | 2007
Publié le mars 09, 2007 in Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans tous les cas, il paraît évident que la Nation donne des clés de compréhension du monde et permet d'accéder à la Culture. Dans ce contexte, les grands hommes de toutes nationalités constitueraient bien un ensemble de voix répondant aux questions humaines, voix qui résonnent différemment, chaque peuple y trouvant une signification particulière . Les grands hommes, comme le pense Thomas Mann, réordonnent le passé, construisent les volontés présentes et façonnent ainsi la culture nationale comme le visage de l'humanité.
Mais si l'appartenance du « grand homme » à la culture nationale comme à celle de l’Humanité est un fait, la soumission totale des oeuvres culturelles à l'idée de nation repose sur un profond malentendu, que Thomas Mann semble avoir quelque peu mis de côté : la portée universelle du grand homme est un statut qui ne peut servir la culture que si l’humanité toute entière peut y accéder .
Enfin, la complexité de notre contexte actuel, depuis les écarts de la culture de masse, la perte de sens du cadre étatique jusqu'à l'avènement d'une humanité de plus en plus uniformisée, a montré que la force convaincante d'une oeuvre réside dans sa différence comme dans sa totalité ( La tableau Guernica de Picasso n'a t'il pas d'autant plus de valeur qu'il dénonce, à travers les malheurs de son pays, l'atrocité de la guerre ? ). Grâce à une volonté cosmopolite placée sous le signe de l' Art plus que de la Nation, ces oeuvres, portées par les grands hommes, pourraient renaître et se constituer comme totalité, sans perdre leur valeur propre.

Extrait du document:

L'homme, par le seul fait qu'il existe et qu'il se pense en tant qu'homme, dément la fatalité de sa condition. Ce pouvoir, l'artiste l'affirme avec force, développe sa propre vision du monde et sait la faire partager à d'autres. Le grand homme s'affirme également aux côtés de l'artiste : il perpétue par l' Histoire ses actes exemplaires.
Qu'ils soient précurseurs, rebelles, engagés politiquement, en France comme en Russie, ces hommes sont dits "grands" parce qu'ils symbolisent l'héritage culturel d'une nation toute entière. Ils se font les portes-parole de l'ensemble des oeuvres manuscrites, picturales, musicales, philosophiques qui permettent à un peuple de se revendiquer d'une identité nationale.
Mais les « grands hommes » sont aussi ambivalents : s'ils ont la capacité d'aider les hommes à vivre au sein d'un monde, l'humanité, ils ne peuvent le faire connaître que de l'intérieur, à travers les valeurs de leur propre culture, portées par leur pays d'origine.
Voilà pourquoi Thomas Mann écrivait qu' « Un grand Français, un grand Russe, un grand Allemand appartiennent à l’ « humanité » en tant qu'ils sont affiliés à leur propre pays, car " ils ne seraient pas si grands et n’appartiendraient donc pas à l’humanité s’ils n’étaient pas à ce point allemand, français, russe »Selon Thomas Mann, le « grand homme » et ce que l‘on pourrait appeler les « grands États » sont au service de l'humanité.
Le grand homme est étroitement lié à la culture, quelle que soit sa spécialité. Ce n'est pas une figure isolée mais l' ambassadeur désigné d'un peuple, d'une culture et de valeurs nationales. Il promeut -volontairement ou malgré lui- au plus haut point ce que son pays a de plus enviable, de plus précieux, ce qu'on ne pourrait pas trouver dans une autre pensée, un autre paysage. Un homme devient un « grand homme » à partir du moment où il s’élève grâce aux valeurs de son pays pour appartenir à l’humanité tout en gardant ses couleurs d"origine. Le grand homme est donc au service de l'Etat comme de l'humanité, il prêche les nobles caractéristiques de sa Nation devant l'ensemble des hommes et des cultures réunies. En ce sens, il remplace les grands hommes religieux. Nietzsche, philosophe allemand contemporain de Mann, pense que " Dieu est mort ", mais qu' un "phénomène nouveau" a pris sa place au sein de l'humanité : Si les grands hommes s'élèvent par leur culture plus que par leur religion, c'est parce que "l'Etat [est apparu] comme étoile pour guider la Culture". A elles deux, ces nouveautés illustrent le propos de Thomas Mann : la Culture a pris l'ascendant sur la Religion pour ne plus s'associer qu'à la politique dans des pays comme la France, l' Allemagne ou la Russie. Les grands hommes et les Etats se veulent culturels devant l'humanité, et ce sont les grands hommes qui vont incarner cette volonté ( à l‘image de Bismarck et de son Kulturkampf). Les grands hommes ont été déterminés par leur pays, mais ils s'ingénient aussi à le représenter . En quelque sorte, les « grands hommes » sont aussi des objets culturels, au sens où ils ne sont pour la plupart des gens qu'un symbole, une personnification possédant les qualités et les défauts de l' Etat qui les surdétermine. Dans cette perspective, les grands hommes et la Culture sont toujours au service de l' Etat, mais le peuple est seul juge de leur grandeur. Les grands hommes font autant partie de l'histoire que du patrimoine d'un pays, mais pour cela ils se doivent d'une certaine éthique : un homme ne peut être grand s'il n'a pas une grande âme , tel est le sens que l'on pourrait donner à cette phrase de Rabelais, " Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ". Ce qui empêche aujourd'hui la Russie ou l'Allemagne de poser Staline ou Hitler comme des grands hommes, c'est la propagande, la violence, les crimes et l'arbitraire dont ils ont usé pour diriger. Un personnage comme Gandhi par exemple, qui n'a pas eu l'importance politique d'un géant comme Staline, sera toujours considéré comme un grand homme parce qu'il a su se mettre au niveau de l'humanité, écouter les hommes et leur répondre par la non-violence .

Commentaires