"L'État", selon Edmund Burke Dissertation by amandine123456

"L'État", selon Edmund Burke
Dissertation, basée sur une affirmation d'Edmund Burke et demandant si les mutations de l'État sont positives et sont même nécessaires à l'existence de l'État, ou plutôt à la persistance de celui-ci.
№ 21840 | 2,695 mots | 0 sources | 2010
Publié le déc. 20, 2010 in Histoire , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

État « évidé », « creux », « fragmenté », « contourné »: comment expliquer la noirceur de ces adjectifs attribués à l'État ? Ce constat est le résultat de divers processus qui se jouent à l'échelle mondiale, nationale et locale. Mondialisation, intégration européenne, internationalisation du capitalisme, concurrence de nouveaux acteurs, revanche des territoires... Autant de phénomènes internes et externes qui ont un impact sur l'État et qui l'obligent à opérer des modifications. Or, dans le cadre de ses Réflexions sur la Révolution Française, Edmund Burke soutient qu'« Un État qui n'a pas les moyens d'effectuer des changements n'a pas les moyens de se maintenir ».

1-L'État est un construit issu de changements permanents en son sein
2-Les répercussions de la concurrence des nouveaux acteurs et de la revanche des territoires sur l'État

Extrait du document:

Si l'État a pour objectif la direction de la vie en société et revêt ainsi une fonction centrale, on assiste désormais à un désenchantement du monde et à une professionnalisation des activités politiques. Le désenchantement du monde et, par conséquent, la modernité, se caractérise par un processus de rationalisation avec des exigences d'efficacité, de rentabilité, de calculabilité mais aussi de prévisibilité.
  • Exposé sur les points de vue de Burke dans son œuvre «Réflexions sur la Révolution de France» et Paine «Droits de l'homme» concernant la tranche d'histoire qui se déroule entre 1789 et 1799 en France.
    № 27822 | 2,105 mots | 6 sources | 2012 | FR | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire qui se demande si, selon l’expression de Lamartine, la poésie n’est faite : «que des fibres même du cœur de l’homme touché et ému par les innombrables frissons de l’âme et de la nature».
    № 6444 | 2,280 mots | 0 sources | 2006 | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation sur les liens entre l'homme et l'animal selon une citation de Pierre Guénancia dans la Revue "Milieux", 1986.
    № 21235 | 1,715 mots | 0 sources | 2010 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires