L'obéissance au pouvoir est-elle une servitude volontaire ? Dissertation by MorganeAhmar

L'obéissance au pouvoir est-elle une servitude volontaire ?
Dissertation philosophique traitant de l'acceptation du pouvoir comme état d'aliénation.
№ 8055 | 1,250 mots | 0 sources | 2008
Publié le sept. 21, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« L'homme est le plus faible des animaux », disait Descartes. En effet, contrairement à beaucoup d'animaux, l'homme ne se caractérise pas par une force ou des capacités physiques hors du commun : un homme livré à lui-même en pleine nature n'aurait que d'infimes chances de s'en sortir indemne. Pour pallier cette faiblesse, l'homme vit donc au sein d'une société organisée par de règles : il a besoin d'autrui pour survivre. Cette société est dirigée par un souverain qui a le pouvoir sur les autres membres de la communauté, et chacun doit lui abandonner sa liberté pour qu'il puisse gouverner et faire régner l'ordre : l'homme est alors mis en servitude. Pourtant et malgré cette aliénation, les hommes vivent en société : très peu sont les solitaires ou les anarchistes qui refusent d'obéir à un ordre supérieur et n'acceptent d'obéir qu'à leurs propres lois.
Obéir à un pouvoir supérieur peut-il être considéré comme un état d'aliénation ? Si oui, pourquoi tant d'hommes s'y plient-ils ?

Extrait du document:

Pourtant, il arrive que les hommes soient contraints d'obéir à un pouvoir qu'ils n'approuvent pas. Souvent, les régimes dictatoriaux asservissent la population pas la menace et la peur. Le peuple doit obéir sous peine de répression violente. En Ouganda, lorsqu' Idi Amin Dada gouvernait, toute opposition était violemment maîtrisée et la population, terrifiée, ne pouvait qu'obéir. Aujourd'hui encore, nombreux sont les régimes qui gouvernent par la peur, forçant la population à obéir : l'obéissance au pouvoir est ici contrainte.

Commentaires