La Fronde (1648-1653) Dissertation by roro86

La Fronde (1648-1653)
Dissertation qui analyse les troubles politiques qui ont eu lieu dans le royaume de France entre 1648 et 1653.
№ 3499 | 6,695 mots | 5 sources | 2007
Publié le févr. 14, 2008 in Histoire , Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les soutiens de la monarchie au cours de cette crise ont donc été un noyau de fidèles, des magistrats, des hommes de guerre, des ministres, des forces sociales qui la considéraient comme la seule garante de l’avenir du royaume.
A la tête de ce noyau de fidèles, se trouve Mazarin qui a l’art de résoudre les conflits sans violence mais par la politique. L
a Fronde a ainsi permis à la monarchie française de se trouver, en faisant un cas singulier en Europe.
Elle devient à partir du règne de Louis XIV un modèle d’obéissance et de mobilisation du royaume pour devenir une grande puissance.

I/ Aux origines de la Fronde
A) La montée des mécontentements
B) Les forces d'opposition
C) Les leviers de l'action politique

II / Les péripéties de la Fronde
A) La Fronde parlementaire ou Vieille Fronde (1648-1649)
B) L'union des Frondes (1650-1651)
C) La Fronde condéenne (1651-1653)

III / La signification de la Fronde
A/ Les raisons d’un échec
B/ Une crise qui conduit à un renforcement de la monarchie

Extrait du document:

Cette série de troubles, passionnante en elle-même, n’est qu’une parenthèse qui a contribué à terme à fortifier la monarchie, à convaincre largement que le roi était le seul garant de l’ordre social et politique, du bonheur de chacun, source de paix publique et d’unité. La Fronde a aussi contribué à forger la personnalité de Louis XIV et a donné certains traits à son règne : il y a vu l’expression des « passions françaises », a souffert lui-même de ces événements (errance, peur) ; spectateur des troubles, il a appris les gestes et les paroles de la majesté pour s’imposer à nouveau. Il se fondera ensuite souvent sur le souvenir de la Fronde.
Ainsi en 1668 fera-t-il venir des députés du Parlement de Paris à Saint-Germain : il fait fermer les portes pour les intimider et laisse parler son chancelier, il réclame les registres de 1645 à 1652 pour en retirer les affaires d’Etat et faire disparaître les souvenirs de la Fronde : amnistie rime alors avec amnésie. La Fronde donne une nouvelle pratique à la monarchie : exigence de l’obéissance de tout sujet quel qu’il soit, refus de toute discussion politique, de toute négociation politique (c’est l’affaire des beaux parleurs). On veut une mobilisation de tout l’Etat au service de la politique extérieure pour empêcher tout trouble qui perturberait cet effort.

Commentaires