La poursuite du bonheur, selon Sénèque et Alain Dissertation by Anabela

La poursuite du bonheur, selon Sénèque et Alain
Dissertation qui pose la question de savoir si le bonheur est vraiment en nous et si chercher le bonheur revient à le chercher en nous-même.
№ 3672 | 915 mots | 0 sources | 2005
Publié le févr. 20, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Alain affirme: "Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on poursuit, mais quelque chose que l’on a". Est-ce que "La Vie Heureuse" et "La Brièveté de la Vie", de Sénèque lui donne raison.
Le but ultime d’une vie apparaît souvent comme étant le bonheur et l’on entend souvent dire que "tous les hommes poursuivent le bonheur". Cependant, Alain affirme : "Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on poursuit, mais quelque chose que l’on a".
Cette dissertation met d’abord en avant les idées chez Sénèque, qui peuvent faire penser qu’il donnait raison à Alain, puis celles qui s’opposent à l’opinion d’Alain. Enfin, elle tâche de les confronter pour en retirer une réponse à cette problématique.

Extrait du document:

La sagesse stoïcienne invite à une conduite vertueuse et dénuée de passions, comme le répète Sénèque dans La Vie Heureuse. L’honnêteté et le courage sont des vertus nécessaires pour parvenir à un bonheur, à une tranquillité de l’âme. On peut aisément concevoir que ces vertus ne peuvent se trouver qu’en soi et qu’on ne peut « poursuivre » l’honnêteté, le courage ou la sagesse, tout au plus les cultiver. On est sage, ou on ne l’est pas. Le courage que l’on trouve en soi pour affronter les souffrances ou une situation difficile doit déjà être en soi et il ne sert à rien de le chercher ailleurs. Selon Sénèque, la vie heureuse est « celle qui est en accord avec sa propre nature ». Pour vivre heureux, il faut donc vivre en accord avec soi-même, d’une vie juste et courageuse. La raison apparaît aussi comme étant primordiale dans la théorie stoïcienne, car elle apporte la vérité qui est nécessaire au bonheur. Il est clair que l’on ne peut poursuivre la raison, la rechercher. C’est quelque chose que l’on possède en soi et qu’on ne saurait s’approprier comme un bien matériel quelconque.

Commentaires