Le corps et l'âme au Moyen-Age Dissertation by Boulaboula

Le corps et l'âme au Moyen-Age
Dissertation d'histoire qui étudie de quelle façon le corps et l'âme sont considérés l'un par rapport à l'autre à l'époque médiévale, à travers les croyances populaires et religieuses.
№ 1436 | 1,840 mots | 0 sources | 2006
Publié le oct. 10, 2007 in Histoire , Religion , Théologie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’homme, dans la tradition chrétienne est l’union du corps et de l’âme et l’âme résulte d’une création divine : elle est immatérielle et immortelle. Mais comment est perçue la dualité corps-âme au Moyen Age ?
Dans un premier temps, ce devoir cherche à définir de quelle manière les populations et les religieux relient le corps et l'âme, et comment ils les différencient. Dans un deuxième temps, il s'agit de montrer l'évolution des croyances à travers des exemples religieux ou médicaux.

Extrait du document:

Au Moyen Âge les hommes inhumaient leurs morts pour que les chairs redeviennent poussière. De leur vivant, les hommes se préoccupaient du devenir de leur âme et celle des morts. Voilà pourquoi les riches faisaient en sorte à ce que les clercs prient pour eux produisant ce qu’on appelait la « comptabilité de l’au-delà ». Ainsi chacun dans la mort bénéficie du poids de ses mérites dans la vie. La mort de chaque homme signifie que chaque corps est périssable mais l’âme reste immortelle. Toujours selon Hildegarde de Bingen, mourir, c’est naître à Dieu. Dans son Liber Scivias, on trouve l’illustration d’une âme qui sort de la bouche de l’abbesse. Parfois l’âme est aussi représentée sous la forme d’une colombe. Quant à la résurrection des corps (Evangile selon Matthieu, 25), elle représente un espoir pour les Chrétiens. Mais la séparation signifie aussi la réunification de l’âme et du corps dans l’au-delà et devant Dieu. Selon Hildegarde, à la fin des temps, Dieu et l’âme ne feront qu’un comme l’âme et le corps.

Commentaires