Le droit est-il fidèle aux composantes dont il est issu ? Dissertation by sarahaz13

Le droit est-il fidèle aux composantes dont il est issu ?
Dissertation qui pose la question de savoir si le droit est fidèle aux valeurs de la société ainsi qu'aux siennes propres.
№ 3468 | 3,180 mots | 0 sources | 2007
Publié le févr. 13, 2008 in Économie , Droit , Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dès qu’il y a une société, il y a du droit.
En effet, à partir du moment où plusieurs personnes vivent ensemble, il est d’un besoin essentiel d'ordonner leurs conduites.
Le droit est un phénomène vivant, qui évolue car la société et les hommes qui la composent évoluent aussi.

I- Le droit à la fois fidèle et infidèle à ses valeurs

A- Les valeurs vers lesquelles tend le droit
B- Les valeurs qui apportent un sens humain au droit

II– L’évolution du droit

A- L’évolution parallèle de la société et du droit
B- Malgré une évolution constante, le droit reste imparfait

Extrait du document:

Le droit et la société évoluent ensemble. Il est, en somme, la traduction en textes, de ce que la société veut voir représenter. Depuis que les sociétés existent, il y a du droit. Jusqu’à présent aucune d’elles n’a pu se vanter de posséder une justice des plus « justes ». Certes le droit évolue, mais il n’a pas encore atteint la perfection. En ce sens que le juge est le seul maître à bord lorsqu’il doit prononcer son verdict même si il a délibéré avec d’autres personnes auparavant. Il détient seul le libre arbitre. Même si le droit se veut fidèle et est fidèle à ses valeurs, dans l’application concrète ce n’est que par l’intermédiaire d’une puissance judiciaire avec ses propres principes, qu’il peut exister. « Sera-t-il un jour parfait ? » sous entendrait que celui qui l’applique soit parfait. Or, la perfection ne fait pas partie de ce monde. Il parait donc utopique que le droit soit un jour parfait, qu’il soit entièrement fidèle aux composantes dont il est issu à savoir aussi bien les règles que les valeurs.

Commentaires