Le savoir exclut-il toute forme de croyance ? Dissertation

Le savoir exclut-il toute forme de croyance ?
Dissertation se demandant si la croyance ne réside pas dans les manquements du savoir.
№ 30729 | 1,080 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le juin 08, 2014 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le savoir, cela signifie posséder une connaissance, rechercher l'objectivité, connaître le réel. Afin d'acquérir des connaissances, la science permet d'avoir une méthode, de structurer la pensée. Savoir, c'est connaître ce qui est indépendant de nous. La croyance est une opinion mais aussi une foi un dogme. Or le savoir n'est pas une opinion, mais une vérité, qu'elle soit interprétative, formelle ou matérielle. Par conséquent ces deux termes semblent opposés car la croyance elle n'est basée sur aucun fondement si ce n'est l'avis personnel. Le savoir se base à la fois sur la rationalité et sur l'expérience, la croyance elle n'est pas liée au réel.

1. Le savoir et son attachement à la réalité semble le rendre incompatible avec toutes formes de croyances
2. Cependant, le savoir apparaît par essence incomplet, la croyance apparaît donc comme une issue
3. Le savoir se base sur des thèses déjà pré-établies, il n'exclut donc pas la croyance, il incorpore des dogmes

Extrait du document:

Platon considère l'opinion comme, ce que je crois être vrai. Je suis convaincu de cette réalité, il apparaît donc inutile d'apporter toute preuve à ce raisonnement car j'en suis convaincu. Là se situe un problème de la croyance et son opposition avec la connaissance. Le but des dialogues de Platon est donc de montrer que sans preuve il n'existe de savoir mais que des croyances. L'objectif de la connaissance est la vérité, que l'individu croit en cette vérité importe finalement peu. Tandis que la croyance elle a pour fin de convaincre. Cependant, la croyance empêche le savoir, car être convaincu de quelque chose empêche la critique, la remise en cause et la recherche de la vérité. Par conséquent la croyance semble être l'ennemie de la connaissance. Ainsi, ces deux termes semble par leur essence même antagoniste et la croyance un frein au savoir.

Commentaires