Pourquoi les lois constitutionnelles de 1875 ont-elles duré ? Dissertation by spycrow

Pourquoi les lois constitutionnelles de 1875 ont-elles duré ?
Dissertation se demandant pourquoi les lois constitutionnelles de 1875 conçues comme temporaires ont perduré jusqu'en 1940.
№ 20706 | 1,185 mots | 3 sources | 2010 | FR
Publié le oct. 26, 2010 in Histoire , Droit , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce qui caractérise avant tout les lois constitutionnelles des 24 et 25 Février et du 16 Juillet 1875, établissant la forme définitive de la IIIème République, c'est le contexte invraisemblable dans lequel elles ont été votées. En effet, dès le 8 Février 1871, la majorité à l'Assemblée nationale est clairement monarchiste : il n'existe donc a priori aucune raison pour qu'elle établisse la République au-delà du gouvernement provisoire. En réalité, les royalistes sont dans une impasse : le vieux Comte de Chambord, dernier des Bourbons, refuse obstinément le compromis de 1873 par lequel on lui offre le trône, à moins que le drapeau blanc, symbole de l'absolutisme, ne soit rétablit En attendant que « Dieu voulût bien ouvrir les yeux du Comte de Chambord ou daignât les lui fermer » (Mrg d'Hulst) et que l'on puisse confier le pouvoir aux Orléans, la Chambre monarchiste se résigne à voter le 30 Janvier 1875 , à une voix près, le subtil amendement Wallon qui instaure la République en rendant impersonnelle la loi du septennat. C'est donc sans aucun enthousiasme que cette République est installée, et c'est avec l'espoir qu'elles seront vite remplacées que les députés votent les lois constitutionnelles de 1875.

1-L'étude de la mise en place institutionnelle du régime
2-La compréhension de son évolution

Extrait du document:

Le succès des réformes ne signifie nullement que ces lois ne traversent pas de difficultés conjoncturelles, mais elles sortent renforcées plus que détruites. Suite à la crise du 16 Mai 1877, durant laquelle le Maréchal de Mac-Mahon pousse le républicain Jules Simon à la démission en raison de sa politique anticléricale proche de Gambetta, l'exécutif n'aura de cesse de s'affaiblir au profit de l'Assemblée (ce qui à l'époque correspond à la tradition de la gauche républicaine).

Commentaires