« Tristan en prose », Dinadan Dissertation

« Tristan en prose », Dinadan
Dissertation se demandant dans quelle mesure le roman « Tristan en prose » de Dinada, apparaît comme le reflet d'une réalité tant espérée de tout lecteur.
№ 29755 | 3,745 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 27, 2013 in Histoire , Littérature , Littérature Etrangère
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Quels géants ? dit Sancho. - Ceux que tu vois là, répondit son maître, aux longs bras, et d'aucuns les ont quelquefois de deux lieues. - Regardez, monsieur, répondit Sancho, que ceux qui paraissent là ne sont pas des géants, mais des moulins à vent et ce qui semble des bras sont les ailes, lesquelles, tournées par le vent, font mouvoir la pierre du moulin. - II paraît bien, répondit don Quichotte, que tu n'es pas fort versé en ce qui est des aventures : ce sont des géants, et, si tu as peur, ôte-toi de là et te mets en oraison, tandis que je vais entrer avec eux en une furieuse et inégale bataille. » Ce passage de Don Quichotte de Cervantès est un des plus connus du roman. Dans le Tristan en prose, le chevalier Dinadan, ne parvenant pas à trouver «l'aventure», est incapable de trouver le sens du monde: «Je suis un chevalier errant qui chascun jour vais aventures querant le sens du monde; mais point n'en puis trouver».

I- Le lecteur et le héros romanesque sont tous deux des chevaliers en quête de sens
II- Pourquoi le héros romanesque est un véritable modèle pour le lecteur
III-Les liens et les relations entre le roman, l'auteur, le lecteur et le personnage

Extrait du document:

Enfin, la citation se conclut par : « mais point n'en puis trouver ». Dans son Journal, Kafka écrit : « Inquiétude parce que la vie que j'ai menée jusqu'ici s'est déroulée comme une marche sur place, sans évoluer, ou en évoluant tout au plus à la manière d'une dent cariée en train de pourrir. Il n'y a pas, dans la conduite de ma vie, la moindre initiative qui se soit trouvée confirmée en quelque manière par les résultats ». La quête de sens du chevalier et du lecteur est vaine. Le monde protège farouchement son opacité, son mystère, et l'homme, aussi motivé soit-il pour aller au-delà de ce qui est donné, des faits, n'y parvient pas.

Commentaires