Confi Sud : de la datte à la confiture Étude de Cas

Confi Sud : de la datte à la confiture
Etude de cas du projet du "Confi Sud", portant sur la création d'une unité de transformation des dattes en confiture.
№ 29539 | 2,400 mots | 0 sources | 2013 | TN
Publié le avr. 07, 2013 in Nutrition , Sciences , Consommation
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme « datte » est apparu dans la langue française au XIIIe siècle. Il vient du latin dactylus, qui l'a emprunté au grec dactylos, dont le sens est « doigt », par allusion à la forme du fruit.
La datte est le fruit du palmier dattier, c'est un aliment énergétique complet. Le dattier est l'une des rares plantes à pouvoir survivre dans le climat inhospitalier du désert (très chaud le jour, froid la nuit). Ses fruits fournissaient une source d'énergie concentrée importante pour les nomades : 1 kilo de dattes sèches apportant environ 3 000 calories. Avec une consommation moyenne de 200 kilos par année par habitant, la datte constituait pour ces peuples un aliment de base, auquel on adjoignait lait, yogourt, fromage ou beurre afin d'équilibrer la ration.

1. Présentation du projet
2. Étude économique
3. Étude technique
4. Étude financière

Extrait du document:

Ce secteur oasien traditionnel éprouve de nombreuses difficultés à s'adapter aux nouvelles conditions du marché créées par le secteur moderne .
Les nouvelles plantations ne posent pas les mêmes problèmes d'âge, de densité et de morcellement. Mais la conduite générale de l'exploitation n'est pas très différente de celle que l'on trouve dans l'ancienne palmeraie.
Certaines techniques culturales y sont timidement introduites au niveau de la fertilisation, de la protection des régimes, de l'irrigation et du drainage. Les opérations de taille, d'éclaircissage, de lutte contre les mauvaises herbes et de protection phytosanitaire sont très rarement pratiquées.
Ces nouvelles plantations ont accentué les problèmes déjà posés pour l'ancienne palmeraie au niveau de la concurrence pour l'eau d'irrigation et de la main-d'œuvre.

Commentaires