Existent-ils des comportements spécifiques aux villes ? Exposé by Nathalia

Existent-ils des comportements spécifiques aux villes ?
Dissertation qui pose la question de savoir si les comportements démographiques des villes s'opposent entièrement à ceux des campagnes.
№ 13303 | 2,800 mots | 5 sources | 2009
Publié le déc. 28, 2009 in Géographie , Histoire , Sociologie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour étudier ce sujet sur l'existence de comportements démographiques spécifiques aux villes, il convient de préciser la portée du fait urbain au XIXème siècle. La croissance urbaine est sans doute un phénomène majeur. De 1811 à 1851, la population urbaine, comptée dans les communes ayant plus de 3 000 habitants agglomérés au chef-lieu, a augmenté de moitié, passant de 4,2 million à 6,4 million d'habitants. Le taux d'urbanisation s'est ainsi élevé de 14% à 18%. Cette progression concerne à la fois les petites villes qui forment la trame du réseau français et les grandes villes, en particulier Paris.

1.Croissance urbaine et bilan naturel: une population urbaine fragile
2.La population urbaine: « une population en renouvellement »

Extrait du document:

Ce genre de migrations ne date pas du XIX siècle, mais plutôt du XVIII siècle. Et les logiques migratoires dépendent aussi, beaucoup, du métier excercé. Le cas classique est celui des ouvriers de bâtiment. L'intégration du Limousin au champs migratoire lyonnais s'explique par les migrations des ouvriers du bâtiment particulièrement nombreux parmi les migrants de cette région. Ces ouvriers vont construire des villes comme Bordeaux, Lyon, Marseille et Paris. Au printemps, ils vont partir pendant une quizaine de jours, puis vont s'installer temporairement dans une ville. Ils ne partent pas seuls, généralement c'est des jeunes d'un village qui partent avec leurs pères.

Commentaires