Les enjeux du débat sur la Banque centrale européenne Exposé

Les enjeux du débat sur la Banque centrale européenne
Dissertation qui s'intéresse à la Banque centrale européenne et au rôle qu'elle joue au sein de l'UE.
№ 17417 | 3,435 mots | 14 sources | 2010
Publié le juin 29, 2010 in Économie , Questions Européennes
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

52 % des Français sont considérés comme eurosceptiques dans le sens où ils estiment que, cinq ans après l'adoption de la monnaie unique, cette dernière a été une mauvaise chose pour leur propre pouvoir d'achat ainsi que pour la croissance et l'emploi en France. Cela dit, il est important de souligner que l'euro a permis au marché européen de s'enrichir et stimulant les échanges. De plus, l'inflation est très faible avec l'euro, ainsi, s'il y a baisse du pouvoir d'achat des Français, cela ne peut pas être dû directement à la hausse des prix trop importante qui serait due à l'euro. L'explication est certainement à chercher du côté des rémunérations qui stagnent en France. Dans tous les cas, l'euro étant un sujet de crainte de la part des français, il est bien souvent utilisé par les politiques pour justifier les mauvais résultats économiques et même sociaux de la France. Dans le contexte de la campagne présidentielle 2007, l'euro comme bouc émissaire, est sur le devant de la scène, et, avec lui, la Banque Centrale Européenne, chargée de mettre en place la politique monétaire de la zone euro, composée de treize pays. Quelles sont aujourd'hui en France les composantes du débat sur la BCE ?

I. L'argumentaire de la Banque centrale et européenne et de ses partisans
II. Les critiques franco-françaises de la BCE
III. Des critiques fondées

Extrait du document:

Si la question européenne est un des enjeux de la présidentielle de 2007, à travers notamment le débat au sujet de la BCE, on peut cependant remarquer que des candidats comme Arlette Laguiller ne font aucune allusion à ce sujet. Le Pen et de Villiers ont quant à eux, tempéré leur position d'antan au sujet de l'euro puisque le premier proposera en cas de victoire un référendum sur la question de la sauvegarde de celle-ci et le second ne réclame plus la sortie immédiate de la monnaie unique, se déclarant prêt à lui laisser une chance si la BCE "retrouve la vocation d'une banque centrale, qui est d'encourager le plein emploi et la croissance du PIB, et non seulement maîtriser l'inflation".

Commentaires