Les progrès de l'instruction dans la deuxième moitié du XIXème siècle Exposé by Vivie8888

Les progrès de l'instruction dans la deuxième moitié du XIXème siècle
Exposé qui traite de l'étendue d’une instruction plus large en Europe et aux Etats-Unis, de sa mise en application et de ses effets.
№ 5278 | 2,415 mots | 7 sources | 2007
Publié le avr. 27, 2008 in Sciences de l'Education , Histoire , Questions Sociales
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La deuxième moitié du XIXe siècle peut donc être à juste titre qualifiée d' «âge de l’éducation» en ce que la demande d’éducation se renforce et revêt de nouvelles dimensions.
La nouvelle norme qui se constitue en Europe facilite par la suite la diffusion d’un nouvel idéal intellectuel.
En France, les grands principes de gratuité, d’obligation, de laïcité fondent ainsi les bases républicaines de l’école primaire et secondaire. Ces progrès juridiques ont réussi à s’inscrire dans les mœurs, en mobilisant des populations d’origines sociales variées.
La meilleure preuve du réel « progrès » de cette instruction est la perduration du modèle républicain après l’instabilité du premier grand conflit mondial.
Toutefois, cette période ne constitue pas un achèvement du modèle scolaire. La modernisation de l’instruction est un phénomène réel, mais ses limites témoignent d’une démocratisation imparfaite à l’aube du XXe siècle.

I) Les progrès juridiques de l’instruction et leur application

A) Les progrès juridiques
B) Leur application

II) Une véritable libération de l’instruction ?

A) La substitution d’une propagande à une autre
B) Les conséquences politiques et sociales liées à l’instruction

Extrait du document:

La mise en place de la scolarisation en Europe et aux Etats-Unis, comme la plupart des grandes mutations sociales, a demandé la conjonction d’une série d’éléments favorables.
Les poussées des idées démocratiques avec la flambée révolutionnaire de 1848 conduisent à une volonté générale d’instruction élémentaire obligatoire et si possible gratuite.
Avec la Révolution industrielle, l’école du peuple devient indispensable. En effet, les évolutions économiques et scientifiques font de l’instruction un enjeu central, car elles requièrent une qualification grandissante des adolescents. Cette mobilisation est accentuée par le climat de rivalité économique internationale grandissante, surtout à la fin du siècle.
D’autre part, la croissance démographique parallèle à la révolution industrielle induit mécaniquement à la fois une clientèle d’élèves et un vivier d’enseignants. La Ligue de l’enseignement de Jean Macé lance alors, dès 1869, des campagnes de pétitions pour la gratuité et l’obligation de l’enseignement primaire
L’avènement de la 3e République appelle de plus la formation de citoyens éclairés capables d’aller voter, et de voter le mieux possible (en réaction à « l’analphabétisme politique » des masses sous la 2nde République).

Commentaires