"La crise des banlieues" de J.M. Stébé Fiche de lecture by nanou56

"La crise des banlieues" de J.M. Stébé
Fiche de lecture sur le livre du sociologue Jean-Marc Stébé dans la collection "Que sais-je ?", qui intervient sur le malaise des banlieues, nouvelle question sociale de cette fin de siècle.
№ 3140 | 1,400 mots | 0 sources | 2008 | FR
Publié le févr. 05, 2008 in Sciences Politiques , Sociologie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le malaise des banlieues sensibles ne peut être expliqué par un seul phénomène : il n’est pas exclusivement le produit d’un urbanisme fonctionnel ou d’une architecture imposante, pas plus qu’il n’est seulement l’effet des conséquences de la crise économique, ni celui des seuls problèmes d’intégration des immigrés.
Il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre d’épiphénomènes, par exemple la déliquescence des liens sociaux et des structures de socialisation, ou l’instabilité des solidarités familiales.

Extrait du document:

J.M. Stébé apporte le point de vue de différents sociologues ayant travaillé sur le sujet auprès desquels il émet des critiques.
Il conçoit notamment que déplacer les pauvres ne résoudra pas la question sociale.
Depuis une quinzaine d’années, le discours sur la ville semble se focaliser sur le problème des banlieues. Ces territoires à la lisière des villes serviraient de réceptacles à tous les maux dont souffre notre société : lieux symboliques de la crise sociale, ils incarneraient la souffrance et la misère, l’exclusion et la marginalité, la violence et le risque de ghetto, l’échec urbanistique et la médiocrité architecturale.
Par réduction, confusion et amalgame successifs, on projette alors sur les banlieusards toutes les fautes de la société. Mais comment en est on arrivé là ? Les banlieues au sens contemporain du terme apparaissent au XIXème siècle avec le développement du chemin de fer et de l’industrialisation. Certains continueront d’identifier la banlieue à la zone.
Tous les facteurs de différenciation montrent que la banlieue n’est pas une entité géographique, urbanistique et sociale homogène ; c’est un espace complexe qui agglomère une grande diversité de lieux, d’activités et de populations.

Commentaires