« Les Prolégomènes », Kant Fiche de lecture

« Les Prolégomènes », Kant
Fiche de lecture de l'ouvrage « Les Prolégomènes » de Kant se demandant comment la métaphysique est possible comme science.
№ 29634 | 6,265 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le mai 05, 2013 in Littérature , Philosophie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Kant nous présente son ouvrage « Les prolégomènes » en nous disant qu'il n'est pas destiné à des écoliers mais à des maîtres. De plus, ce n'est pas un ouvrage qui va nous apprendre quelque chose de nouveau. Kant nous expose que la science de la métaphysique ne doit pas être déjà existante, il faut que le maître à qui cette ouvrage est destiné, invente cette science avec l'aide de l'exposé que Kant fait. Pour le philosophe, ceux qui travaillent sur la métaphysique doivent arrêter leurs recherches et reprendre tout à zéro en se demandant dans un premier temps si la métaphysique est possible en tant que science, c'est la question première comme Descartes dans ces Méditations Métaphysiques lorsque tout est remis en doute, on fait table rase de ce que l'on sait pour établir une science nouvelle. Kant définit la métaphysique comme une « prétendue science » car celle ci ne progresse pas alors que toutes les autres sciences, si. Il faut donc une redéfinition de la métaphysique pour qu'on puisse la définir comme une science. Les Prolégomènes doivent servir à remettre en doute la métaphysique comme science et donc par déduction admettre que nous n'avons pas encore de métaphysique. La métaphysique a besoin d'une « renaissance », « d'une réforme complète ».

Extrait du document:

Kant distingue une nouvelle fois deux types de jugements synthétiques, les jugements a posteriori dont l'origine est empirique et les jugements a priori qui ont leur source dans l'entendement et la raison pure. Les jugements empiriques sont tous synthétiques comme les jugements mathématiques. Les axiomes analytiques sont utiles seulement pour l'enchainement des démonstrations. Mais ils ne peuvent être admis que s'ils sont liés à une intuition comme par exemple, le tout est plus grand que les parties (a+b>a).

Commentaires