« Mémoire de Hongrie », Sándor Márai Fiche de lecture

« Mémoire de Hongrie », Sándor Márai
Fiche de lecture de l'ouvrage « Mémoire de Hongrie », de Sándor Márai dans lequel l'auteur décrit les différentes périodes qui ont marquées l'histoire de la Hongrie.
№ 22025 | 1,865 mots | 0 sources | 2009
Publié le janv. 06, 2011 in Histoire
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Sándor Márai (de son vrai nom Sándor Grosschmied de Mára) est né le 11 avril 1900 à Kassa (Haute Hongrie), aujourd'hui Košice (Slovaquie). Le fait d'avoir vue sa terre natale « arrachée » à son pays lors du traité de Trianon marque sans conteste l'œuvre de cet auteur. Après un exil en Allemagne encouragé par ses parents du fait de sa collaboration au régime de Béla Kun, il revient en Hongrie en 1928. Journaliste, poète, auteur dramatique, traducteur littéraire, cet écrivain brillant connaît dès ses premiers romans le succès avec Les Révoltés (1930), Un Chien de caractère (1932) et surtout Les Confessions d'un Bourgeois (1934), écrits dans un style clair et réaliste. Encensé et adulé, il fait paraître Divorce à Buda (1935) et L'Héritage d'Esther (1939) qui sont autant de chefs d'œuvre. Il publie aussi pendant la seconde guerre mondiale La Conversation de Bolzano (1940) et Les Braises (1942), qui devient un véritable bestseller. En 1945, il est élu membre de l'Académie Hongroise des Sciences. La guerre le pousse lui et sa famille a quitter Budapest pour se réfugier dans un petit village à 90 kilomètres au Nord, Leányfalu. C'est d'ici qu'il entame ses Mémoires de Hongrie, débutant à l‘arrivée des premiers chars soviétiques en Hongrie. C'est cette ouvrage que nous allons étudier dans ce présent document.

Extrait du document:

Ces Mémoires de Hongrie sont aussi marquée par deux questions : l'arrivée des russes marque t elle la fin ou le début d'un monde? Les russes peuvent ils contribuer à l'Occident? En 1972, il est loin d'en être convaincu. Il pointe également les différences entre « Orient » et « Occident » : pour lui l'Orient jouit de point de recul sur le plan territorial du fait de la grandeur de ses territoires donnant « droit à l'erreur », mais aussi sur le plan humain, il parle d'une faible personnalité des Russes et des Orientaux en général.

Commentaires